Article rédigé par Renée-Claude Lorimier, enseignante de français et coresponsable du dossier de la valorisation

Day 15
Tap-tap

La dictée CLG, qui se tiendra le 23 mars prochain à midi au D-415, comportera quelques-uns des mots mis à l’honneur par la Francofête 2016. Dans le but de vous préparer à l’exercice, nous vous invitons à lire le texte qui suit.

La modernité des saveurs régionales

Dans la conférence qu’il a prononcée récemment au collège, Jean-Benoît Nadeau soulignait que, alors qu’il n’existe qu’une Académie française, l’espagnol en compte vingt-deux! Les diverses communautés hispanophones de la planète contribuent ainsi à la mise à jour régulière du dictionnaire de langue espagnole.

Les locuteurs francophones ont tendance à considérer les Français comme les maitres d’œuvre du code linguistique; pourtant, l’Afrique représente maintenant le plus grand bassin de la francophonie!

Puisque la France est tenue comme la référence ultime de la langue française, elle a tendance à tenir pour « régionalismes » tous les néologismes qu’elle n’a pas créés.

Imaginons ce qui arriverait si, comme le réclamait M. Nadeau, les Suisses, les Belges, les Africains, les Haïtiens et les Québécois pouvaient choisir les nouveaux mots à intégrer au lexique français.

Plutôt que de dire « il pleut à verse », on pourrait utiliser le belgicisme « il drache ».

Au lieu de désigner une personne influente comme un « big shot », on pourrait employer l’africanisme « champagné ».

Pour décrire un moyen de transport collectif urbain tel celui qu’utilisent les Haïtiens, on parlerait du « tap-tap ».

L’adjectif d’origine suisse « vigousse » remplacerait avantageusement le terme familier « increvable ».

À l’Halloween, on pourrait avoir recours au terme « lumerotte » pour désigner la pratique de plus en plus populaire du carving, qui consiste à décorer une citrouille évidée pour en faire une lanterne.

Enfin, les Français ont aussi leurs régionalismes; ainsi, le mot « chafouin » vient d’un dialecte parlé dans le Poitou. Alliage des termes « chat » et « fouine », le mot qualifie une personne sournoise, en référence au défaut que l’on attribue à ces deux animaux.

pumpkin_cheshire-cat
Lumerotte chafouine