Par Pascal Gemme, pour l’équipe de la valorisation de la langue française au collège Lionel-Groulx

Dans la foulée de ma précédente publication, je vous présente aujourd’hui le texte collectif produit dans le cadre de l’autre chaîne de courriels qui a été lancée dans le cadre de la Francofête 2019. Un texte plus bref, mais tout aussi prometteur. Qui sait, peut-être le relancerons-nous également l’an prochain? La phrase initiale est tirée du roman Betsi Larousse, de Louis Hamelin, initialement paru en 1994.

 

Jaquette de couverture du roman Betsi Larousse, de Louis Hamelin

 


Un passager original

« Tout a commencé avec cet orignal qui est venu atterrir dans mon auto. »[i] J’avais pourtant pris mes précautions en cachant mon trousseau de clés comme à l’habitude derrière la jarre à biscuits, mais pour une raison qui se perdent au crépuscule de notre adolescence, Roland semblait avoir des comptes à régler avec moi.[ii]

Roland, c’est mon frère. On a perdu contact pendant de nombreuses années jusqu’à ce qu’il débarque à la maison, avec cet orignal dans les bras.[iii] Pour une raison qui se trouve à l’aurore de la vie d’adulte, Rolland ne chassait que le gibier avec panache, littéralement.[iv] Un orignal dans mon auto… qu’est-ce que je vais faire avec ça ?[v] Y aurait-il un lien entre les nombreux conflits existant entre nous depuis notre enfance et cet animal ?[vi] C’est peut-être plutôt la manière bien originale qu’a Roland de m’indiquer qu’il compte passer me voir ce soir, comme la dernière fois où tout cela est arrivé.[vii]

  • [i] Phrase initiale tirée du roman de Louis Hamelin, Betsi Larousse, Montréal, Boréal Compact, 2009 (1994 pour l’édition originale), 316 pages.
  • [ii] Ajout de Simon Roy
  • [iii] Ajout de Josiane Sauvé
  • [iv] Ajout de Thomas Forget-Charland
  • [v] Ajout de Chantal Lajambe
  • [vi] Ajout de Sylvie Comeau
  • [vii] Ajout de Josiane Sauvé